Bronchiolite et Kinésithérapie Respiratoire​

La bronchiolite aiguë touche certains nourrissons. Ils présentent une toux, une gêne respiratoire et une respiration sifflante. Les antibiotiques sont inutiles car nous sommes devant un virus.

L'évolution passe par une phase d'accentuation des symptômes, pendant deux à trois jours, avant une phase d'amélioration lente de cinq à sept jours.
Le nourrisson a une obstruction des bronches et du nez. Les conséquences pour l'enfant vont être une plus grande difficulté à s'oxygéner et un ralentissement de la capacité de l'enfant à s'alimenter.


Voici mes conseils pour les parents :
- désobstruer le nez avant chaque biberon avec du sérum physiologique
- fractionner les prises alimentaires (portions plus petites)
- arrêt de tout tabagisme passif qui est un facteur aggravant prouvé


 

La kinésithérapie remise en cause ?

 

A l’heure actuelle, la kinésithérapie respiratoire est controversée vis à vis du traitement de la bronchiolite car il est prouvé qu’elle ne réduit pas le délai de guérison…

Cependant, cette méthode n'est pas de guérir plus vite, mais d'améliorer la tolérance de l'épisode. Nous agissons sur les symptômes afin d'améliorer l'alimentation, le sommeil et le bien-être de l'enfant.

Le but de la kinésithérapie respiratoire sera de faciliter la désobstruction des bronches, et surtout, de contribuer à la surveillance rapprochée de l'enfant.

 

Pour résumé, l’enfant ne guérit pas plus vite mais celui-ci va mieux vivre son épisode pathologique.

Nicolas LITCHMAN, le 01/08/2014

Dernière modification le 25/06/2014